A propos de la sortie de son livre « Les Pères et les Mères », Dr Aldo NAOURI, pédiatre, a été interviewé dans L’Express du 19 avril 2004 et dans le « Elle » du 26 avril. Ses propos sont troublants et sans appui scientifique.

En quelques décennies, les progrès médicaux ont été spectaculaires et les petits n’ont jamais été en si bonne santé physique, mais les problèmes comportementaux sont de plus en plus préoccupants. Pour Mr Aldo Naouri, si les enfants vont mal, c’est à cause des mères à la fois toutes-puissantes et angoissées et à cause des pères désorientés ou trop maternants. Son livre et ses interventions médiatiques sont comme un cri d’alarme contre la toute-puissance des mères et l’absence de contre-pouvoir masculin. « Si on protège la mère de ce besoin de sursatisfaire son enfant, elle pourra investir sa féminité et s’intéresser aux besoins de l’autre, son homme ». « Il faut protéger les générations montantes » poursuit Mr Naouri, et pour ce faire il préconise la frustration dès la naissance : en pratique, il suffit de « nourrir les enfants à heures et en quantités fixes ».

Ces propos ne tiennent pas compte des données récentes de l’ANAES (nommée actuellement HAS), ni des études de comportement, ni du rôle constructeur du maternage. On peut concevoir qu’il faille parfois exhorter les pères et les mères à jouer leur rôle, mais n’est-il pas inutile ou dangereux de jouer avec une telle culpabilisation ?

Le Dr Marc Pilliot, Président de la CoFAM, réagit devant de tels propos et prend la défense des parents.

Vous trouverez ci-dessous sa lettre ouverte à Mr Aldo Naouri.

A télécharger : Lettre ouverte au Dr Aldo Naouri