...ou cachez cet allaitement que nous ne saurions voir ! 


dorotheeDes femmes d'aujourd'hui
Exposition-photo CoFAM
Crédit photo : Maria Letizia Piantoni


Une méta-analyse parue dans le très sérieux Lancet a fait les gros titres des médias français le 29 Janvier 2016. En effet, celle-ci confirmait le bien fondé des recommandations de l'OMS et de l'HAS.  Ses conclusions n'ont surpris ni les professionnels de santé ni les associations qui œuvrent depuis longtemps à de meilleures conditions d'allaitement en France. Malgré des bases scientifiques indiscutables, elle semble avoir dérangé, puisque, quelques jours plus tard, une pétition a été relayée par le journal Libération. Dans celle-ci, toutes  les recherches étayant des informations  positives liées à l’allaitement étaient jugées culpabilisantes,  contraignantes, voire anti-féministes.

Pour la CoFAM, il est évident que chaque femme doit avoir la liberté de choisir d'allaiter ou non et être respectée et accompagnée, quelle que soit sa décision. Mais, pour faire un choix éclairé, il faut être loyalement informé. Si les pétitionnaires  s’étaient mieux renseignés, ils auraient su :

En revanche, dans notre société, il est clair que la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle est souvent difficile et nécessite des aménagements, quel que soit le projet de la femme. Dans ce contexte, l'avancée est-elle une réaction épidermique à chaque fois que l’on rappelle  l’importance de l’allaitement ou bien, comme nous le proposons, l'aménagement d'une société soutenante en accord avec ses propres recommandations de santé et respectueuse des choix individuels ?
 

De plus, nous sommes soumis chaque jour à la communication du lobbying agro-alimentaire au sujet des préparations industrielles pour nourrisson.  Seules les communications commerciales auraient-elles le droit de cité dans notre pays, et ce en totale contradiction avec le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel ratifié par la France ?

Non, informer n'est pas culpabiliser. Informer, c'est permettre aux gens d’être libres. Alors si vous êtes pour l’information loyale qui seule permet de choisir, soutenez la CoFAM. Nous n’avons pas le budget communication des firmes industrielles mais nous, par contre, nous sommes d’intérêt général ! Alors si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à faire un don, nous en avons besoin !

 

Qu'est-ce que la CoFAM ?
Lire le communiqué de presse en PDF