Venez nombreux à la première projection en France du film Tigers, en présence d’Aurélie Serry, présidente de la CoFAM, le 21 novembre 2015 à 21 heures, au Forum des images, dans le centre de Paris! 

Cette projection a lieu dans le cadre du festival Un état du monde… et du cinéma qui s’attache “à découvrir par le cinéma de fiction ce que vivent les hommes au-delà de nos frontières, comprendre les enjeux géopolitiques du monde à travers le regard des réalisateurs, confronter les points de vue”.

tigers2

Tigers a été réalisé par Danis Tanovic (Prix du scénario à Cannes, César du meilleur premier film, Golden Globe et Oscar du meilleur film étranger pour No man’s land). Il est basé sur l’histoire vraie de Syed Aamir Raza, qui travaillait pour une firme internationale fabriquant du lait artificiel pour nourrissons et qui a décidé, à la suite d’une prise de conscience bouleversante, de dénoncer les activités de son employeur, au regard des conséquences graves sur la santé des enfants, dont il a été témoin.

Les enfants nourris au lait artificiel sont plus susceptibles de tomber malades que ceux nourris au sein. Dans les zones frappées par la pauvreté – où l’eau est insalubre et les conditions d’hygiène déplorables– ils courent même le risque de mourir.

Si l’allaitement est un processus naturel, il est aussi éminemment culturel : il est indispensable d’avoir un terreau favorable pour initier et poursuivre un projet d’allaitement.

Or comment avoir accès à une information complète et loyale dans un contexte de matraquage des industriels, qui expose plus particulièrement encore les personnes en situation de précarité à une publicité offensive ?

Ce film montre sans équivoque les conséquences du non allaitement en situation d'urgence et nous alerte sur les conséquences néfastes des accointances entre les entreprises commercialisant le lait artificiel et certains professionnels de santé.

Cette problématique n’est pas nouvelle, elle est au contraire tristement récurrente aux quatre coins du monde depuis des décennies.

Cette problématique ne concerne pas que des pays lointains contrairement aux idées reçues. 

cpprecariteAujourd’hui, l’extrême pauvreté touche également les pays industrialisés tels que la France, où le taux d’initiation à l’allaitement maternel est autour de 20 % pour les femmes en situation de précarité, et de 70% pour les autres femmes. On observe que les sevrages dans cette catégorie vulnérable sont plus précoces, elles sont 70% à arrêter le premier mois quand ce taux est de 40% pour les autres femmes.
A lire : Article Allaitement et Précarité sur le site de la CoFAM.

En 1981, l'Assemblée Mondiale de la Santé (AMS) a adopté un Code International de commercialisation des substituts du lait maternel  pour protéger les nourrissons, allaités ou non et leurs parents des campagnes de communication insistantes des firmes.
A lire : Stratégie mondiale pour l’aliment alimentation du nourrisson et du jeune enfant de l’OMS

Ce code interdit notamment toute promotion du lait artificiel auprès du grand public, le recours à du personnel payé par les fabricants de lait artificiel pour contacter ou donner des conseils aux mères ainsi que les cadeaux personnels et les échantillons gratuits aux agents de santé.

Mais ce code, largement méconnu et peu appliqué, ne peut suffire pour contrebalancer la force de frappe des industriels du lait artificiel au regard des risques encourus par la population, notamment sa frange la plus vulnérable. 

Affiche CoFAM
© Delphine Presles

Le Réseau international d’action pour l’alimentation infantile (IBFAN) auquel adhère la CoFAM et d’autres ONG continuent de collecter les violations systématiques des règles de commercialisation commises par les fabricants : allégations trompeuses, parrainage d’agents de santé, etc... Certaines firmes vont jusqu’à nouer des "partenariats" stratégiques pour séduire les mères et les professionnels de santé, améliorer leur image de marque afin de s’affranchir du Code et de tout contrôle !

Or cet encadrement des industriels de l’agroalimentaire est indispensable, que ce soit en France ou ailleurs. Il y va de notre santé et  de nos droits.

Il convient d’agir pour que le Code soit connu et respecté afin de mieux protéger les bébés et de garantir le droit à une information correcte et indépendante, seule à même de garantir un choix éclairé pour les parents.

En partenariat avec :

fdiMairie de Paris couleur

Renseignements et inscriptions : 

 Le film Tigers au Forum des images : http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/un-etat-du-monde-et-du-cinema-2015/tigers

Les adhérents CoFAM et les journalistes peuvent nous Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour une invitation à la projection dans la limite des places disponibles.

A lire :le communiqué de presse (pdf)