affiche V02

La SMAM 2017 : du 15 au 22 octobre

(Rappel: Si vous souhaitez utiliser le logo de la CoFAM pour vos visuels, n'hésitez pas à nous contacter!)

 

Des millions en Com et lobbying pour les formules lactées pour nourrissons 

Combien pour l’allaitement ?

Avons-nous vraiment le choix ?

 

 

Ensemble protégeons l'allaitement, loin des conflits d'intérêts

 

En France, le taux d’allaitement à la sortie des maternités est parmi les plus faibles d’Europe : 70,5% des femmes initient un allaitement en maternité1, quand les pays scandinaves ont des taux d’allaitement exclusif avoisinant les 90 %. Ce taux baisse très rapidement2 : il passe à 35 % dès un mois, chute à 10% à trois mois et n’est plus que de 1,5 % à 6 mois (taux que l’OMS appelle à porter à au moins 50% partout dans le monde3).

Le rapport entre l’allaitement et les conflits d’intérêt peut sembler énigmatique à bon nombre de personnes, et pourtant il est au cœur du problème. C’est pourquoi le thème    de cette semaine mondiale est

"Ensemble protégeons l'allaitement, loin des conflits d’intérêts"

Le concept de conflit d’intérêt commence à être connu à la suite de scandales autour des médicaments. Dans le milieu de la nutrition, on en identifie de plus en plus. Concernant l'allaitement maternel, les conflits d’intérêts peinent encore à être dénoncés. Ils n'en sont pas moins alarmants.

Les marques de lait artificiel assurent des revenus substantiels à nombre d’événements médicaux ou de formation de professionnels et il est illusoire d'imaginer que la contre partie de ces présents ne nuira pas à la promotion et au soutien de l'allaitement. Le marketing auprès du grand public ou des professionnels de santé est une opération bien rodée, efficace et rentable.

Il est important de réaliser que le marketing impacte directement la qualité de l’information accessible aux parents et aux professionnels et oriente la décision de soutenir, d’initier ou de poursuivre un allaitement.

Il ne peut y avoir de réel soutien à l'allaitement maternel que si les personnels de santé sont correctement formés4. Il est crucial d’informer loyalement, de soutenir et de respecter les projets de chacun, loin des injonctions.

Pour ce faire Il faut des moyens financiers, du temps dédié rémunéré, or le budget attribué à l'allaitement est dérisoire, malgré le nombre de familles concernées et l'enjeu de santé publique conséquent que cela représente.

Les budgets communication d'une association d’intérêt général telle que la nôtre sont sans commune mesure avec ceux des industriels.

Il existe un « Code international de commercialisation des substituts du lait maternel »5 qui vise à protéger tous les bébés –allaités ou non– et les parents de la communication et des pratiques des firmes industrielles. Ce Code pose des règles, mais si ces règles ne sont pas reprises dans les législations nationales, leur irrespect n’est que très difficilement sanctionné.

Dans des situations de précarité et d'urgence le manque de soutien à l'allaitement peut avoir des conséquences encore plus graves. Aujourd’hui en France, certains enfants souffrent de faim6. Des recommandations internationales existent en situation d’urgence7, parmi lesquelles le fait de ne pas distribuer de préparations aux femmes si on n’est pas certain de l'approvisionnement ultérieur en lait en poudre.

Il est indispensable de diffuser à tous des informations loyales qui seules permettent des choix éclairés.

La CoFAM réaffirme que ce n'est pas aux industriels de dicter leurs lois aux professionnels de santé, aux médias et aux populations. Il faut changer de paradigme, comprendre à qui profite le non-allaitement et protéger les familles de pratiques commerciales déloyales nuisibles à la santé publique et à l'autonomie des personnes.

 

 

1Wagner S, Kersuzan C, Gojard S, Tichit C, Nicklaus S, Geay B, et al. Durée de l’allaitement en France selon les caractéristiques des parents et de la naissance. Résultats de l’étude longitudinale française Elfe, 2011. Bull EpidémiolHebd. 2015;(29):522-32. http://www.invs.sante.fr/beh/2015/29/2015_29_1.html
2 Salanave B, de Launay C, Boudet-Berquier J, Castetbon K. Durée de l’allaitement maternel en France (Épifane 2012-2013). Bull EpidémiolHebd. 2014;(27):450-7:http://www.invs.sante.fr/beh/2014/27/2014_27_2.html
3http://www.who.int/nutrition/global-target-2025/fr/4   Par exemple, lorsqu’on se penche sur la physiologie de l’allaitement, on se rend compte que donner des complements ou une tétine peut avoir un effet délétère en réduisant la production lactée.  7Alimentation des nourrissons et des jeunes enfants dans les situations d’urgence : Directives opérationnelles à l’intention du personnel et des administrateurs de programmes. Groupe de travail sur l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants dans les situations d’urgence, V2.1er février 2007, IFE Core Group. http://www.who.int/hac/techguidance/ops_guidance/fr/

 

Communiqué de presse

Communiqué de presse.pdf

Pré affiche SMAM

Votre programme d'actions locales!

Pré affiche.pdf

 

Ressources:

GIFA – Conflits d'intérêts

Résumé des résolutions de l’AMS adoptées postérieurement au Code international

Fiche d'enquête rapide IBFAN

OMS Commercialisation des substituts du lait maternel: mise en œuvre du code international à l'échelle nationale - Rapport situation 2016

Communiqué de presse conjoint OMS – IBFAN – Unicef : Les lois destinées à protéger l’allaitement sont insuffisantes dans la plupart des pays

Déclaration d'Innocenti 2005

Code de commercialisation des substituts du lait maternel, texte intégral en français

Document de réflexion: Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Guide des déclarations d’intérêts et de gestion des conflits d’intérêts

Parrainages et conflits d'intérêts – IBFAN

Promouvoir l’allaitement : un moyen d’augmenter l’équité dans le domaine de la santé

Revue Prescrire

 

 

 

 

 

Thèmes des SMAM des années précédentes :